Vous êtes ici

Tania BLANCO

Vendredi 16 Octobre 2009 - Dimanche 20 Décembre 2009
  • TANIA BLANCO

    (...) Edifices, épaisseurs, machinerie intelligente. Des motifs qui, à ce qu'il me semble, tendent un peu plus, s'il se peut, que lors d'autres expositions de son auteur, vers l'irréel et l'intériorité (escaliers qui montent vers nulle part et qui débouchent sur des miradors qui scrutent un espace dont nous ne savons rien; impossibles piscines au milieu d'un champ, ce qui est nulle part; des coins et des profils de terrasses réduits à une rencontre de lignes droites et courbes; détails de corniches qui montrent des motifs nus et géométriques; paliers et marches synthétisés en ébauches d'origine constructiviste. Motifs qui ne peuvent pas éluder leur condition de symbole, qui font allusion à un monde dangereux, comment y croire, dans ces toiles si finement peintes, avec des couleurs tellement plates où la matérialité a disparu, avec cette espèce de transparence de la couleur, un monde en conflit, un monde où coule, sous les apparences, le contretemps.

    (...) Je crois que la peinture de Tania Blanco est de nature mentale, ses paysages, sans cesser d'être enracinés dans la réalité, virent fréquemment vers les géographies oniriques. On dirait que la matière dans l'espace est sa tâche de réflexion autant que le vide: ce qui y figure autant que ce qui n'y figure pas, ce qui s'offre à la vue comme ce que la vue n'a pas devant elle en offrande. Dans ses architectures, l'horizon insinué, l'air environnant sont presque aussi importants que les édifices eux-mêmes (...).

     

    CARLOS MARZAL (extrait du texte « Arquitectural mentales » à l'occasion de l’exposition Vacuum Dome).

  • ABYSS
    Tania Blanco 2
    Tania Blanco 3
    Tania Blanco 4
    Tania Blanco
  • vernissage
    vernissage 2
    vernissage 3
    vernissage 4
    vernissage 5