Vous êtes ici

La nouvelle histoire

Samedi 17 Octobre 2015 - Dimanche 20 Décembre 2015
Exposition collective
  •  

    Pat ANDREA  

    Gasem HAJIZADEH     

    Axel PAHLAVI

    Simon PASIEKA

    Jean Philippe PATY

    Nazanin POUYANDEH

    Léopold RABUS

    Brann RENAUD

    Jérôme ZONDER

     

    La nouvelle histoire

    Figurative, subjective, expressive, dépressive.  La nouvelle histoire picturale débarque dans le cadre d'une toile rudimentaire.

     Mais invoque l'ardeur et le sang de nos émotions autant qu'elle jette le trouble dans nos flux mentaux.  Le grain de sable s'insère virtuosement dans nos certitudes et images certifiées (socialement acceptables).         

    C'est le travail d'une filiation, comme toute activité humaine. Un père-initiateur, Pat Andrea vient ici convoquer une nouvelle génération de peintres (ou dessinateur pour Jérôme Zonder). Moins par leur enseignement académique, ils sont liés par cette accélération d'une Figuration subjective. Le grand JE. Et le trésor brille de tant de couleurs et multiformités que l'on se prendrait à rêver à un tour du monde réel, physique, à l’ancienne, de la nouvelle peinture. Pour débusquer l'ensemble de ces sensibilités picturales qui doivent exister aux quatre coins du monde. Car, elles s’inscrivent dans l’Histoire de l’Art.

    Faire la lumière sur elles, c’est poursuivre un éclairage quasi « naturel » pour les pays occidentaux  mais dans l’hexagone, malheureusement, c’est encore, et encore guerroyer ou combattre. Car persistent encore certains meurtriers du verbe qui assassinent en décrétant ces créateurs de simples réactionnaires de l'image. Z'héraut pointé.   

    Ah quelle peinture !

    Comme un univers infini peuplé de multiples galaxies où brillent des myriades étoiles,

    Comme  sur notre Terre où une montagne, emplie de ressacs, crevasses, failles, peut être ardue, sauvage, voire inhospitalière,

    Comme l’Autre que nous trouvons difficile, mordant, cynique mais aussi subjuguant, caressant,

    Comme Soi,  notre autre complexe, porte du perfectible,

    Comme ce grain de sable, poussière d’une pré-histoire, chargé de l’architectonique des socialités, ou de particulières psychologies à jamais incrustées dans nos mains et nos yeux,

    Cette belle peinture,

    Enfin arrivée dans le port de nos orbites,

    Diantre, laissons-là abattre nos sarcasmes et douloureuses hémorragies,

    Offrons-lui l’espace-temps qu’elle mérite,

    Arrosons-là de nos plus fortes vitamines,

    Et engageons-nous à l’Aimer sans virages assassins,

    Hâtons-nous encore à être ses serviteurs,

    Et chantons et dansons autour de ses créateurs-explorateurs, pères et enfants d’une Renaissance contemporaine, d'un baroque trash ou subjectif.      

    Neuf tableaux pour une neuve figuration ; Agglomération sensible pour une peinture lisible à première vue (reconnaissable et identifiable facilement) mais mystérieuse, en creux, car elle recouvre trouble et questionnement :

    ·         Libre psychologie ou psychanalyse picturale violemment érotique, sexuelle ; malin plaisir de nous troubler, face au miroir de nos fantasmes ou pensées populaires (Pat Andrea),

    ·         Augmenter nos possibles par une réalité multipliée, modifiée, déviée, déjouée comme le nouveau roman de notre vie (Renaud Brann),

    ·         Quand les racines sont persanes ancestrales mais le feu intérieur   pression d'une irrépressible liberté rêvée : cet esprit nomade créé une esthétique Popart orientale (Ghazem Hajizadeh),

    ·         Belle et ambiguë, violente ou trash kischisante mais interrogatriste. Être nu devant un rideau de lumière protecteur et annonciateur d'une délivrance. (Axel  Pahlavi),

    ·         Rituels juvéniles post-apocalyptiques  dans un presque romantisme éternel.  Comme un espace-temps figé et une mythologie en vase clos (Simon Pasieka),

    ·         À l'instar des Nouveaux Réalistes,  le morcellement des instants intimes indice beaucoup mais dévoile peu. L'auteur se démantèle comme un jeu sans délivrance certaine (Jean-Philippe Paty),

    ·         Sensuel et puissant le Féminin mythologique conduit  le fragile, faible et combattant Masculin pragmatique. Ses histoires naturelles  sont le combat humain face à ses démons et rêves  (Nazanin Pouyandeh),

    ·         Quand le clair-obscur classique voisine avec un jeu de situations et perspectives impossibles. L'humain voit sa place perturbée (Léopold Rabus),

    ·         Ce masque naïf d'enfant horrifié derrière lequel se cache un adulte. Tout ici est cauchemardé, ulcéré, exacerbé, gorifié, terrorisé. Mais aussi saturé d'images, surchargé jusqu'au détail infini comme s'il fallait tout montrer pour tout faire comprendre et (faire) réfléchir l'Humanité. (Jérôme Zonder)

    Fraîche, pétillante, piquante, cette liberté contemporaine nous tient au corps et à l'esprit.  En peinture, si tout a été fait, tout reste donc possible. Et chacun de raconter sa nouvelle histoire. En toute subjectivité.

                                                                                                                                                      Benoît Courcelles

  • Dejeuner sur bois,  2015. Huile et caseine sur toile, 140 x 210 cm. Pat ANDREA
    High sea, 2010-2013. Huile et caseine sur toile, 60 x 70 cm. Pat ANDREA
    The bleeding door, 2008-2011. Huile et caseine sur toile, 160 x 160 cm. Pat ANDR
    One is on rollerskates,  2010-2013. Huile et caseine sur toile, 160 x 180 cm. Pa
    Doryphore, 2014. Huile sur toile, 190 x 140 cm. Axel PAHLAVI
    Envahis mon coeur damour ce soir, 2012. Huile sur toile, 300 x 100cm. Axel PAHLA
    Sentinelle, 2014. Huile sur toile, 100 x 80 cm.
    Douceur ce matin, 2014. Huile sur toile, 190 x 140 cm. Axel PAHLAVI
    Kulisse coulisse, 2014. Huile sur toile, 130 x 97 cm. Simon PASIEKA
    Farben-couleurs,2010-2011.Tempéra et huile sur toile, 200x220 cm. Simon PASIEKA
    Pulp, 2008. Tempéra et huile sur toile, 180 x 300 cm. Simon PASIEKA
    Arc en ciel, 2009. Tempéra et huile sur toile, 180 x 220 cm. Simon PASIEKA
    Généalogie  2013, Huile sur toile, 162cm x 130cm. Nazanin POUYANDEH
    Lucifer 2010, Huile sur toile, 81cm x 100cm. Nazanin POUYANDEH
    Incendie noir   2012, Huile sur toile, 160cm x 200cm. Nazanin POUYANDEH
    Sans titre, 2014. Huile sur toile, 20 cm x 20 cm. Nazanin POUYANDEH
    Militaire, 2015. Huile sur toile,120 x 120 cmp. Brann RENAUD
    An american flag, 2015. Huile sur toile, 146 x 114 cm. Brann RENAUD
    Vieux nuages, 2013. Huile sur toile, 162 x 114 cm. Brann RENAUD
    Venus aux oeufs sortant du bain, 2012. Huile sur toile, 195x130 cm. Brann RENAUD
    ST, 2014-2015. Dessin sur papier découpé, 500 x 300 cm. Jean-Philippe PATY
    ST, 2013-2015. Dessin sur papier découpé, 400 x 500 cm.Jean-Philippe PATY
    ST, 2014. Dessin sur papier découpé, 150 x 200 cm. Jean-Philippe PATY
    ST, 2015. Dessin sur papier découpé, 70 x 50 cm. Jean-Philippe PATY
    Agent, 1999. Technique mixte sur toile, 130 x 98 cm. Ghasem HAJIZADEH
    La femme qajar, 2010. Technique mixte sur toile, 128 x 193 cm. Ghasem HAJIZADEH
    Mahvash, 2014. Technique mixte sur toile, 120 x 172 cm. Ghasem HAJIZADEH
    Mossadegh, 2014. Technique mixte sur toile, 130 x 160 cm. Ghasem HAJIZADEH
    Le jeune, 2014. Huile sur toile, 210 x 300 cm. Léopold RABUS
    La nuée, 2014. Huile sur toile, 210 x 300 cm. Léopold RABUS
    Chairs grises #9?2014. Fusain et poudre graphite s/p, 150x200cm. Jérôme ZONDER
    Hommage à James Ensor. Fusain et encre de chine s/p, 210x140cm. Jérôme ZONDER
    Autopsie de la jeune fille,2015. Fusain et mine de plomb sur papier 133x200 cm