Vous êtes ici

"Choses peintes-photographiées-écrites"

Samedi 09 Avril 2016 - Dimanche 12 Juin 2016
Jean LE GAC
  • « Je suis un peintre de photos et de textes que l’on accroche aux murs »: ainsi se définissait Jean Le Gac en 1979 au terme d’une décennie où il fut sans doute le premier de l’art dit contemporain,  à associer systématiquement des récits à ses images pour construire une histoire dont le héros est « le peintre [1] ».

    À la verticale des monuments , sculptés en bas-relief, des « chutes d’armes », glaives, boucliers, casques et panaches célèbrent des hauts faits, des victoires. Mettant à profit la hauteur sous plafond du Centre d’Art Contemporain àcentmètresducentredumonde, Jean Le Gac présentera le vaste cycle de ses travaux des dernières années, célébrant un peintre imaginaire, à la fois obscur (au travers de grandes natures mortes d’accessoires qui lui ont servi à sa mise en récit, accompagnés de photos de multiples retours en arrière connus, inconnus, oubliés), à la fois un peintre glorieux, tutoyant à l’atelier d’autres personnages de légende[2], Buffalo Bill, Tarzan, l’indien, Tintin, Corto Maltese, Maitrejean, Braque, Picasso, Matisse, le champion cycliste Louison Bobet, afin d’établir des preuves, des filiations inconnues, d’une fiction étalée sur presque cinquante ans et en dresser le panorama, ce que l’on appelait autrefois l’Oeuvre.

    Pratiquement sans rien y changer, écrit Jean Le Gac, j’emprunte ces mots au philosophe. Je ne dirai pas lequel pour ne pas me parer des plumes de paon. Du titre de l’exposition « Choses peintes-photographiées-écrites », dire que sans eux (sans ces mots-là) l’exposition serait très différente ne suffit pas : elle ne serait pas. Ce mots disent si bien ce que j’ai voulu faire qu’ils m’obligent à me demander si je l’ai vraiment fait, être en même temps polymorphe (les nouvelles formes), entre les lignes[3], ici et là-bas de l’art, moi au travers des autres (les copies-délassements « d’après »).

     

    Jean Le Gac fait oeuvre à Perpignan




    [1] Extrait d’un texte d’Anne Moeglin-Delcroix à paraître dans les actes du colloque « La tentation littéraire de l’art contemporain, Nantes 2014.

    [2] Exposition Jean Le Gac « Legend », Bernard Chauchet contemporary art London, 29 janvier- 27 février 2016.

    [3] Exposition « Entre les tableaux, photos-textes vintage ». Granville gallery, Paris 23 avril -21 mai 2016.

     

  • Story Art avec rapiècement, 1988. Peinture et textil 241 x 470 cm
    Le bâtard d'Avignon 1, 2008. Peinture (185 x 104 cm), texte (53 x 37,5 cm)
    Jambes de Bolet (détail), 2012. 188 x 113,5 cm.
    Picasso, c'est moi, 2008. 162 x 360 cm.
    Tintin, c'est moi, 1999. 180 x 215 cm.
    Diane chasseresse, 2002. 123 x 216 cm.
    Dessin (détail), 2015. 29,7 x 42 cm.
  • Photo Claude Casanovas