Vous êtes ici

Camilla ADAMI

Samedi 16 Janvier 2016 - Dimanche 27 Mars 2016
Camilla ADAMI
  • UN CHAMANE DE L’ÉVÈNEMENT

      Camilla Adami peint des rituels magiques. Elle est une sorcière de la peinture, un chamane de l’évènement. Sorcière est une qualité : l’Eglise catholique, apostolique et romaine nomme ainsi la prêtresse de la véritable religion, celle des forces du paganisme qui, l’étymologie témoigne, est la religion des paysans, hommes éternellement sensés . Avant le livre, sans lui, malgré lui, sans souci de lui, des millions de générations ont regardé le ciel et la nature pour comprendre le monde . Ces multitudes se seraient moqué de qui aurait dit d’un Livre qu’il en renfermait les mystères !

        Le battement d’ailes du coq, les traces laissées par la salamandre ou le varan sur le sol, le capuchon gonflé du cobra, la gueule ouverte du serpent, les preuves de l’enfouissement de la vipère dans le sable, l’oeil globuleux du crapaud dans lequel se reflète le monde en anamorphose, voilà de plus grandes voies d’accès à l’énigme du monde que des textes cryptés qui prétendent épuiser le suc du réel.

      Camilla croit moins aux mots du philosophe, au verbe des parleurs, qu’aux chuchotements des animaux , à leurs cris, leurs grognements, leurs respiration, leur souffle. Qui dira le sens caché du frottement des plumes d’une aile, du chuintement de sable sur le passage griffu d’un saurien, du flux d’air expulsé par le reptile en colère, du sifflement doux consécutif à l’effondrement de millions de grains de  micas d’un serpent qui se fraie un passage sous la peau du désert, du chant nocturne des coassements de crapauds en rut ? Musiquer ce monde par des notes permettrait d’approcher ce monde du silence qui fait un vacarme.

       La peinture et le dessin peuvent aussi. Camilla le prouve en peignant les singes comme des hommes et les hommes comme des singes. Elle dessine un regard de primate et chacun reconnaît le singe ; mais pour qui connaît l’artiste, on sait que ce singe a le regard d’un homme. Ceux qui le connaissent reconnaissent.

       Sourcils broussailleux, touffe primitive de poils dans lesquels s’enchâssent deux yeux terribles qui voient ce qu’il faut voir, autrement dit par-delà le visible. Le globe reflète la lumière du monde, en une tache. L’iris est grand , la pupille petite : on sent l’animal de proie qui darde son regard sur une autre bête à qui il reste peu de temps à vivre. Regard de prédateur. Ce singe qui est un homme est un oiseau. Un aigle. Personne n’a envie d’être regardé par qui voit ainsi. L’oeil du regardeur regarde l’oeil de qui regarde et voit ce qui est regardé. Cette mise en abyme terrorise, elle arrête et stoppe net. C’est le moment idéal pour que le prédateur fonde sur sa proie. Ici, le prédateur, c’est Camilla Adami, la proie, vous qui  regardez cette oeuvre ; mais, abyme oblige, ce prédateur ainsi dessiné a eu pour proie qui l’a dessiné, sinon, comment obtenir cette oeuvre sublime de vérité ?

       Ailleurs, Camilla Adami peint des corps de femmes nus, plus que nus. Ou un visage de femme qui pleure. Ou la face d’un chamane noir comme l’ébène. Ou le corps à demi dénudé d’une beauté qui va montrer ses seins. Ou le visage buriné d’une vieille femme. Chaque fois, c’est l’animalité qu’on voit dans cette humanité. Une méduse échouée sur la plage, une guenon en larmes, un buffle en colère, une chienne en rut, un vieux gorille – n’importe. Darwin a raison. Mais nous n’en avons pas encore compris la leçon. Écoutons Camilla, sa peinture chamanique parle. Elle livre une partie du mystère. 

    Michel Onfray

     

  • Contaminations, 1992. Huile sur toile, 200 x 110 cm
    Contaminazione,1991. Huile sur toile. diptyque 130 x 320 cm
    Primate, 2001. Fusain sur papier sur toile, 130 x 550 cm
    Primates, 2001. Fusain sur papier sur toile, 130 x 550 cm
    Retroscena, 2006. Technique mixte
    Ritueali magici, 2003. Technique mixte sur toile, 200 x 115 cm
    Retroscena, 2003. Technique mixte sur toile, diptyque 211 x 296 cm
    Retroscena, 2006. Technique mixte sur toile, polytriptyque 220 x 550 cm
    Primate, 2000-2001. Fusain sur toile,195 x 144 cm