Vous êtes ici

Adrià PINA

Samedi 20 Janvier 2007 - Dimanche 18 Mars 2007
Adrià PINA
  • Adrià PINA

    La trajectoire artistique d’Adrià Pina s’étend sur plus de 3 décennies ; années durant lesquelles ses recherches plastiques et ses réflexions esthétiques n’auront fait que confirmer les traits essentiels d’un discours poétique aussi personnel qu’inclassable.

    La trajectoire artistique d’Adrià Pina s’étend sur plus de 3 décennies ; années durant lesquelles ses recherches plastiques et ses réflexions esthétiques n’auront fait que confirmer les traits essentiels d’un discours poétique aussi personnel qu’inclassable.
    Adrià Pina est né en 1959. Adolescent précoce, dans les années 70, entrant de plein pied dans le monde de la peinture, il obtint de nombreuses récompenses dans le cadre d’expositions individuelles ou collectives ; il recouvrit de teintes résolument écologistes une représentation du réalisme critique en résonance avec l’environnement sociopolitique de l’époque. Point culminant de cette période, il réalisa, à l’âge de 19 ans, l’œuvre de grand format « Cofrents » qui est présentée dans cette exposition.
    Début des années 80, il se lance dans la création des « SERIES ». A peine âgé de 20 ans, il expose à New-York (où se trouve un nombre considérable de ses œuvres), à Londres et à Madrid.
    Les « SERIES », exécutées sur une période allant de 1981 à nos jours, constituent le plus connu et, quantitativement, le plus important témoignage de son savoir-faire.
    « RECLAM » fut la première série qu’il réalisa en différents formats et technique mixte (graphite et huile sur toile). En 1983, avec la série « MANS » (Mains) sur laquelle il travailla pendant deux ans, il fit appel à d’autres matériaux grâce auxquels il élargit sa palette en créant des objets tridimensionnels.
    A cette époque, la « Chase Manhattan Bank » va acquérir dix de ses œuvres pour sa collection de Contemporary Spanish Art.
    En 1985-86, le peintre utilisera de nouveaux matériaux tels que poussière de marbre, sciure, bois, métal, pigments ou émail. De ces nouvelles recherches, naîtront deux séries innovatrices : « EINES » (Outils) et « CAPSES » (Boîtes).
    Un changement stratégique s’opèrera en 1987 qui conduira Adrià Pina vers des horizons inédits : voyages, villes, musées, images… Les villes, graphiquement identifiables, font irruption sur ses toiles donnant naissance aux différentes séries de Berlin, Barcelone, Vienne, Marseille, Rome.
    Par la suite, l’artiste se consacrera à émettre des messages qu’il qualifie « d’inquiétants » ou de « provocateurs ».
    En observant les tableaux des dernières « SERIES », on se rend compte que cet infatigable et complexe créateur continue à livrer, à contre-courant, ses combats personnels.
    Cette exposition nous révèle la fraîcheur du trait des images conçues et exécutées par Adrià Pina ainsi que son orientation esthétique. D’une part, celles du jeune peintre poursuivant la libre affirmation de son propre style et, d’autre part, toujours avec autant de liberté, celles de l’artiste expérimenté glissant progressivement des engagements de la mémoire culturelle à ceux qu’il a conclus fermement avec lui-même.

  • Pina 1
    Pina 2
    Pina 3
    Pina 4