Vous êtes ici

Eduardo ARROYO à cent mètres du centre du monde

Samedi 13 Juin 2020 - Dimanche 13 Septembre 2020
ARROYO Eduardo
  • Eduardo Arroyo est aujourd’hui considéré comme l’un des grands peintres espagnols de sa génération. Né en 1937 à Madrid et rattaché au courant de la Figuration narrative qui se développe en Europe dans le début des années 1960, il peint l’humanité à travers des jeux d’images dont l’origine est tant la société que l’Histoire, l’histoire de l’art ou de la littérature. Eduardo Arroyo, qui est aussi écrivain, utilise la narration par fragment avec humour et goût du paradoxe. Elle se traduit dans une œuvre picturale extrêmement construite et faisant preuve d’une liberté constante.

    Àcentmètresducentredumonde présente un important ensemble d’œuvres essentiellement sur papier, réalisées sur une large période et organisées autour d’un grand polyptyque intitulé Cordero místico (Agneau mystique), œuvre maîtresse accompagnée de diverses thématiques regroupées en trois volets.

    L’emblématique Cordero místico est une composition d’une superficie totale de 30m2 qui prend pour modèle le célèbre retable de « L’Adoration de l'Agneau mystique » des frères Van Eyck, chef d’œuvre de la peinture des primitifs flamands exposé à la Cathédrale Saint-Bavon de Gand en Belgique. Le grand polyptyque est accompagné, comme lors de sa présentation au Musée du Prado, d’une série de dessins où s'expriment ses recherches sur la couleur, le tout constituant un ensemble unique.

    En complément de ce travail spécifique, un important diptyque, grande huile sur toile au titre annonciateur de « Madrid-Paris-Madrid » où l’exil peut se lire en creux, insère dans l’exposition l'élément biographique et autobiographique définissant l’artiste comme peintre itinérant, baladé entre deux capitales essentielles à son parcours d’artiste et à son existence.

    Accompagnant ces créations, est exposé un ensemble de dessins colorés représentant des figures historiques de la culture française, écrivains, philosophes et peintres portraiturés par l'artiste. On y trouve Flaubert, Montaigne, Descartes, Paul Valéry, Verlaine mais aussi Toulouse-Lautrec, Hervé Télémaque ou Napoléon, entre autres.

    Un autre ensemble fait la part belle aux grands personnages de la tauromachie et du flamenco, proposant une iconographie au trait particulièrement suggestif mettant à l’honneur des artistes espagnols légendaires tels que Manolete ou Carmen Amaya.

    Le thème de la tauromachie se prolonge dans un troisième volet de l’exposition qui témoigne de l’importante activité d’affichiste que Eduardo Arroyo a toujours développé. Activité qu’il pratiquera lors de ses débuts parisiens, durant les événements de mai 68, à l’atelier populaire de l’école des Beaux-Arts et qu’il n’abandonnera jamais et qui entretiendra constamment son intérêt et ses connaissances pour les techniques de l’imprimerie, de la reproduction et des encres.

    Une exposition qui dévoile un Arroyo intime, au travers d'une œuvre inégalée d’une actualité incontestée, un maître du dessin toujours vibrant au trait d'une justesse et d'une élégance essentielles.

  • Marianne. Dessin sur papier, 61,4 x 50 ,7 cm. ©Adagp, Paris, 2020
    Madrid-Paris-Madrid, 1986. Huile sur toile, 250 x 200 cm. ©Adagp, Paris, 2020
    Waldorf-Astoria, 1995. Peinture glycérophtalique sur papier, 99 x 70 cm. ©Adagp,