Vous êtes ici

LECTURE / PERFORMANCE d’Antigone Mouchtouris et Charles Dreyfus Pechkoff

Samedi 26 Novembre 2016

Théâtre et Poésie

 

Lecture/performance d’Antigone Mouchtouris et Charles Dreyfus Pechkoff

(Samedi 26 novembre à 18 heures)

 

Sous les noms de Nicky Rivers et Nicky Attiki se manifeste une seule et même personne : la dramaturge et professeure des Universités Antigone Mouchtouris, qui lira des extraits de deux de ses pièces :

 

-         L’anthropologue (Pièce en trois actes), L’Harmattan, 2004

Alors que sa carrière est à son apogée, c’est la descente aux enfers pour John : anthropologue de renommée internationale, le voici confronté aux plus extrêmes paradoxes de sa vie.

Se murant dans le silence, tels les initiés, gardiens d’un immense secret, John entraîne sa femme et sa fille dans les profondeurs du drame qui le hante depuis sa plus tendre enfance.

 

-         Une nuit à Vienne (Pièce en un acte), l’Harmattan, 2010

Deux personnages, un homme et une femme, se rencontrent pour vivre une histoire hors temps, qui très vite devient une histoire impossible.

C’est une pièce qui nous interroge sur le désir, la réalisation des sentiments, la difficulté de l’être ou encore l’idée de vivre pleinement ses émotions.

Une telle histoire ne pouvait que se dérouler dans la ville de Freud, un clin d’œil à l’histoire de la psyché humaine et ses profondeurs.

 

-         Le fils du psychiatre (Pièce en trois actes), L’Harmattan, 2013

Cette pièce de théâtre est une véritable allégorie du monde actuel. À travers le micro-cosmos d’un hôpital psychiatrique, l’auteur illustre les enjeux du pouvoir entre les générations et montre comment l’être humain peut devenir un champ d’exploration entre les mains de personnes assoiffées de de pouvoir et de domination.

 

-         Le sculpteur (Pièce en trois actes), L’Harmattan, 2014

Tout commence dans l’atelier du sculpteur ; l’auteur fait s’y confronter, trois hommes et trois femmes, dont les conduites incarnent les idées motrices pour créer une société. On y retrouve, de manière dramatique, trois interrogations primordiales pour l’homme : l’enfermement, la justice et son pouvoir de transformer le monde.

 

Métaphonie est un ouvrage pas comme les autres. Charles Dreyfus Pechkoff invite le lecteur à se promener dans les différents sens du langage, tel un jardin où serait à découvrir différents fruits et arômes. Les phrases que le lecteur va lire ont plusieurs sens et se lisent tout haut, afin que l’oreille participe à cette extraordinaire aventure langagière.


 Comme l’avance Alain Frontier dans sa postface :

« Charles Dreyfus Pechkoff ne prétend pas atteindre je ne sais quel lieu situé au-delà ou au-dessus de la langue, qui en quelque sorte la surplomberait et la transcenderait. Il est un homme de terrain. Il ne théorise pas la langue ni ne la domine de quelque façon que ce soit… s’établit quotidiennement dans une parole vacillante, prête à chaque instant à se retourner contre elle-même, et dans laquelle le rire désamorce avec douceur (je veux dire : sans arrogance) les illusions, les totalitarismes, les mots d’ordre… ».


Les illustrations de cet ouvrage, à base de mots et d’objets ready-made, ponctuent cet « entre le son, sort le sens ». Il se dit le jouet des concepts, de l’esthétisme élargi aux objets et aux phrases. De jour comme de nuit, il poursuit la recherche de la condensation tout en créant un double, un triple sens… La métaphore de la métamorphose au pied levé.

Métaphonie Itinéraire dialogique, coll. Topos, éditions Le Manuscrit, 2016.

 

 

 

Un c’est cent de Charles Dreyfus Pechkoff composé en Augustea et en Bodoni italique et imprimé sur Lana Royal 240g, par Anne-Marie Kah, le douze août 2016, sur les presses de l’Imprimerie d’Alsace-Lozère, 22 pages, 2 cahiers cousus sur une page centrale pliée en confident, 15,5 x 10 cm, 60 exemplaires.

 

 

 

 

Né le deux mars 1947 à Suresnes, D.E.A. en Histoire de l’Art, Docteur en Philosophie (Fluxus une avant-garde en mouvement, Les Presses du réel, 2012). Performe depuis 1974 (Concert Fluxus avec Ben au Festival d’Automne, il s’est produit avec toutes les formes de poésies dans plus de vingt pays à travers le monde – Doc(k)s, Polyphonix, Danae, Asa, Nipaf, Riap …) ; écrit sur l’art depuis 1971 (Rédacteur en chef de Kanal Magazine … actuellement correspondant pour la France de la revue d’art contemporain Inter Art Actuel, Québec).

Son art, le plus souvent à base de mots et d’objets ready-made, ne ressemble à rien d’autre qu’à lui-même, engagé dans une métaphore que lui seul peut distiller. Son œuvre entière ramène le spectateur vers la métamorphose d’une apparence à une idée. Parmi les collections publiques : Fonds National d’Art Contemporain, FRAC Franche-Comté…

Vingt quatre œuvres exposées au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg (du 16 septembre 2016 au 26 mars 2017)